Buy less. Choose Well. Make it last !

C’est dans une interview que la designer Vivienne Westwood déclarait : « Achetez moins. Choisissez bien. Faites le durer. La qualité et non la quantité. Tout le monde achète bien trop de vêtements. »

Et je ne pourrai être plus en accord avec la designer. Pourquoi ?

Parce que je me sens littéralement harcelée. J’aimerais porter plainte, mais il y aurait bien trop d’accusés ! Ça a commencé de manière insidieuse une semaine avant le black friday, avec des petites réductions par ci ou par là, histoire de quand même susciter l’achat avant le vendredi noir comme on dirait ici. 

Vous êtes bien conscients que si on attendait toutes le black friday pour dépenser, certaines marques seraient perdantes.

Puis le jour J, c’est l’explosion de « fausses » offres (vous savez celles dont vous avez droit x fois dans l’année déjà ?), de réductions chez la plupart des marques, sur tout et n’importe quoi.

Et en fait ça m’a juste dégoûtée. Pourtant, je suis la première à dépenser, j’adore la fringue. Mais c’est trop : toute l’année ont se fait martelé par mail, par sms et sur les réseaux pour acheter, acheter et encore acheter.

Nous sommes de beaux portefeuilles ambulants qu’on essaye d’attirer comme des vaches à lait ! 

Less is more : stop à l’accumulation

Etes-vous déjà rentré dans votre salle de bain, votre dressing en disant : « bordel, ça déborde ! ».

C’est mon cas, ou du moins c’était, j’ai pas pu partir avec toutes mes fringues au Canada. J’avais accumulé un nombre incalculable de jeans, de jupe, de robe et j’en passe. Les produits de beauté n’en parlons pas avec toutes les box diverses et variées que j’ai testé au cours des années !

Donc cette année, la résolution est d’acheter moins certes mais surtout acheter mieux ! L’achat de qualité plutôt qu’une multitude d’achat de qualité moindre. En effet, avec X euros déboursés pour 5 produits qui n’apportent pas plus à ton dressing, pourquoi ne pas débourser moins ou le même montant si ton compte le permet dans une seule bonne pièce, une pièce de qualité ? Tu sais celle où tu te dis que c’est bien trop cher pour toi ?

Certes, le shopping est moins régulier mais on accumule pas inutilement des produits que l’on finira par ne plus porter parce qu’il y en aura de nouvelles venues dans le dressing. C’est le jeu ma pauvre Lucette !

Et puis c’est bon pour l’écologie non ? 

Good fashion not fast fashion

L’achat compulsif est le revers de la société capitaliste dans lequel nous évoluons. C’est drôle parce que je suis un pur produit de la consommation, j’aime et même j’adoooore le shopping. Donc le fait de me dire qu’il faut seulement acheter ce dont tu as besoin, oui très bien, mais non. C’est subjectif, mais je ne vais pas mentir, je ne suis pas aussi radicale. Au contraire, je souhaite acheter mieux et par définition moins (et oui mon compte en banque n’est pas extensible), que de me dire  » ça va c’est pas cher je peux le prendre », et faire ça plusieurs fois dans le mois. C’est une drogue, réellement.

De plus, j’ai pu voir le problème de la surconsommation émerger sur instagram. Une blogueuse se faisait épingler sur le fait qu’elle achetait énormément de vêtements, bijoux et j’en passe et prônait donc un style de vie dans lequel acheter tous les deux jours des vêtements était tout à fait normal et sain.

Clairement, elle fait ce qu’elle veut la question n’est pas là, c’est le message envoyé qui devient problématique. 

Être passionnée de mode, aimer la mode n’est pas une excuse à la sur consommation. C’est juste devenu tellement normal aujourd’hui d’acheter je ne sais combien de chose plus ou moins cher constamment, et surtout de le promouvoir (ou d’influencer) pour susciter l’envie chez les autres, alors qu’on en a pas réellement besoin.

C’est aussi au consommateur de gérer avant tout, de connaître ses priorités.

Je me tourne de plus en plus vers des comptes plus « sains », des femmes avec une consommation plus saine, je me dirige vers la belle pièce, je magasine (j’adore ce mot tiré du québécois) sans forcément acheter, et je sors la carte qu’au coup de cœur tout simplement.

2019 sera donc l’année de la désintoxication à l’achat compulsif. Trouver de belles pièces oui, consommer pour consommer non !

Donc cher Black Friday, cette année tu ne m’auras tout simplement pas eu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s